Aux yeux de tous: Big Brother is watching you !

Aux yeux de tous – Cédric Jimenez & Arnaud Duprey – France – 2012

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

673 000 caméras de surveillance et des millions de webcams en France. Un hacker anonyme a piraté toutes les caméras de Paris et observe la ville à son insu. Petits délits et moments d’intimité volés, il voit tout. Jusqu’au jour où un attentat dévaste la gare d’Austerlitz. La police se met sur la piste d’un groupe satellite d’Al-Qaïda. Le hacker réussit, lui, à trouver les images de l’explosion et découvre que c’est un jeune couple qui a posé la bombe… A l’aide des caméras de la ville, il décide de traquer les coupables. Sans le savoir, il va mettre le doigt dans un terrible engrenage.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Préoccupé par l’oppression exponentielle que subit la société française de la part du gouvernement, Cédric Jimenez a voulu faire une oeuvre radicale, diamétralement opposée aux standards de la mise en scène. Pour un premier film, le jeune cinéaste fait preuve d’une maîtrise formelle assez surprenante. Truquant l’intégralité de ses 950 plans, il donne réellement l’impression d’observer le monde par le petit bout de la lorgnette, renvoyant l’intimité à une notion bien vague. En redéfinissant le found footage et en créant un techno thriller captivant, il s’inscrit dores et déjà comme un réalisateur à suivre, sortant des sentiers battus et prenant de gros risques pour sa première réalisation.

Aux yeux de tous bus

Si Aux yeux de tous souffre d’un étirement un peu douloureux au niveau du rythme, à l’instar de bonnes idées qui auraient mérités de rester des courts métrages, le film à la mérite d’aller jusqu’au bout de sa dénonciation, transformant le jeune hacker sans visage en justicier électronique. Tel Dieu qui chercherait à faire expier les fautes des pêcheurs, il va tantôt dérouter les personnages, tantôt les aiguiller à travers le dédale parisien. Mais la voie du complot est bien trop grosse pour satisfaire et le spectateur, tenu en haleine jusque là, aura tout loisir de déchanter en apercevant le visage quasi acnéique du hacker, vivant encore au domicile familial. Une double dénonciation du système, pointant du doigt les libertés trop grandes offerts à une génération Y ? Peut être bien.

Aux yeux de tous hacker

Beaucoup d’erreurs et de tâtonnements mais de brillantes idées qui mériteraient de faire école. En adaptant sa mise en scène à son sujet, Jimenez a su voir plus loin que la facilité et a su transformer une intrigue basique en OVNI filmique. Même si le film reste une petite curiosité plutôt bien aboutie, il restera malheureusement confidentiel. Mais ça fait du bien de voir de jeunes cinéastes prêts à prendre la relève avec toujours plus d’enthousiasme et d’originalité.

6,5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s