Restless: couple en phase terminale

Restless – Gus Van Sant – Etats-Unis – 2011

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Depuis la mort tragique de ses parents, le jeune Enoch a comme passe-temps favoris de participer aux funérailles d’inconnus et de converser avec son ami imaginaire Hiroshi, fantôme d’un kamikaze japonais. Un jour, sa route croise celle d’Annabel, une jolie jeune fille en phase terminale d’un cancer, et qui malgré tout continue de croquer la vie à pleines dents. Entre eux débute alors une singulière histoire d’amour où chaque minute est importante…

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Gus Van Sant est réputé pour cartographier l’adolescence dans tous ses états. D’Elephant à Paranoid Park, en passant par A la rencontre de Forrester, ses personnages d’une maturité toujours égale flirte souvent avec le monde des adultes. Restless fait figure de nouveauté dans son cinéma, loin de ses expérimentations et ancré dans le registre beaucoup plus familier de la comédie romantique. Mais ce qui ne change pas, c’est la relation ambiguë que ses personnages entretiennent avec la mort et l’idée qu’ils s’en font. A la manière des histoires d’amour de Chuck Palahniuk, le cinéaste va paver le chemin des deux tourtereaux d’un tas d’épreuves difficile à surmonter, à commencer par le regard inquiet de leurs proches, d’où le titre va puiser sa force.

Restless lac

Si la tendresse des premiers émois amoureux peut sembler niaise, c’est pour mieux se transformer en véritable passion dévorante dès lors qu’Enoch connaîtra le destin d’Annabel, à savoir le moment où ils devront se séparer, rattrapés par le cancer de cette dernière. C’est grâce à ce rebondissement tragique que chaque gestes, chaque moments semble plus pur que le précédent. Enoch s’accroche à elle malgré cette minuterie incessante car c’est la seule personne qu’il arrive à aimer depuis la mort de ses parents. Hantant les cérémonies funéraires pour tenter de faire le deuil de ses parents, il se raccrochera désespérément à cette âme en peine et l’accompagnera dans ces derniers instants, assistant enfin à l’enterrement de cette dernière, substituant ainsi celui de ses parents auquel il n’a pu assister.

Restless craie

Cette idée de la vie qui reprend son cours et recommence à fleurir à l’extinction d’une autre peut être brutale mais se révèle on ne peut plus romantique traité de cette manière. Et Gus Van Sant concentre tout son récit sur les deux amoureux, les faisant se rencontrer sans cesse en éliminant toute tentative de communication extérieure (ni téléphone, ni ordinateur). Comme si le cinéaste avait la volonté de rendre intemporelle son histoire, jouant sur le décalage des vêtements sortis tout droit d’une boutique vintage, renouant ainsi avec 60 ans de mode. Une leçon d’humanité touchante et délicate comme seule le papa de Will Hunting sait en donner.

6,5/10

Publicités

Une réflexion sur “Restless: couple en phase terminale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s