Le jour de la bête: paella de résistance !

Le jour de la bête – Alex De La Iglesia – Espagne/Italie – 1995

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

L’Espagne est sur le point de fêter Noël. Un prêtre théologien découvre avec effarement que l’Antéchrist verra le jour avant l’aube.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Dans l’immoralité la plus totale, De La Iglesia nous servait à ses tout débuts une satire grinçante de la société qu’il côtoyait, cette dernière s’avilissant devant des icônes fabriquées de toutes pièces. Derrière ses airs de comédie potache, Le jour de la bête prend la religion comme point d’appui et s’en sert pour tacler l’idolâtrie vaine des spectateurs subjugués par un Messie télévisuel. Si le sujet et son traitement laisse de marbre, on peut saluer l’esthétique complètement barré de cet essai, entre cartoon violent et hommage à l’absurde des Monty Python (on sent le même humour irrévérencieux que chez Dupontel). Le cinéaste montrait déjà toute l’étendue de son sens artistique avec des plans séquences propres et une imagerie entre rêve et réalité (qui emprunte beaucoup à Brazil). Mais le film a vieilli, les hommages sont trop appuyés (les types qui sèment la panique dans les rues de Madrid ne sont pas sans rappeler la bande d’Alex dans Orange Mécanique) et le côté craspec fonctionne au début mais lasse assez vite.

5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s