L’opération diabolique: le diable est dans les détails !

L’opération diabolique – John Frankenheimer – Etats-Unis – 1967

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Un homme d’âge mur, déçu par son existence monotone, reçoit un jour un coup de téléphone d’un ami qu’il croyait mort. Celui-ci lui propose de refaire sa vie en simulant sa mort. Il finit par signer un contrat qui lui permet de changer de visage et de repartir de zéro mais tout a un prix et cette nouvelle existence n’ira pas sans poser quelques problèmes.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Lorsqu’il se met en tête de réaliser ce film, John Frankenheimer est loin d’en être à son coup d’essai. D’abord passé par la télévision, il s’est forgé une petite réputation à coup de thriller complotistes et de films d’actions rondement menés. Mais s’il clôture à merveille la trilogie paranoïaque débutée avec Un crime dans la tête puis Sept jours en Mai, L’opération diabolique flirte davantage avec la science fiction qu’avec l’aspect politico-médiatique qu’il sait si bien mettre en avant. Dans un univers relativement kafkaïen, le cinéaste va pousser sa mise en scène dans des retranchements expérimentaux qui vont lui valoir des critiques parfois très dures. En effet, Frankenheimer n’est pas nouveau dans l’industrie du cinéma mais il s’avère que cette volonté affichée d’amener milles fioritures à sa façon de filmer et de cadrer ressemble à s’y méprendre à des tics de jeune premier.

Secondssalledattente

Cependant, chaque choix de focale, chaque manipulation de la caméra, chaque angle choisi semble longuement réfléchi, installant visuellement cette sensation de panique et de paranoïa. Et ce dès le générique d’introduction de Saul Bass où la composition musicale de Jerry Goldsmith fait des miracles. S’ensuivra cette introduction dans la gare de Grand Central où pas moins de 7 caméras filmaient sous toutes les coutures un homme en suivant un autre. Cet homme, manipulé tel un pantin par le cinéaste dès son apparition, n’est autre que John Randolph, un acteur déjà bien connu d’Hollywood mais qui débute véritablement sa carrière après ce film. Cette mise en lumière lui permettra par la suite d’être plus assidu dans les tournages, notamment pour la télévision. Car il a la lourde tâche d’amorcer un processus de duplication, Rock Hudson devant prendre sa place à l’issue de la fameuse opération en question.

Secondsbandage

Il est regrettable de constater que le final du film, qui lui permet d’atteindre les hautes sphères du genre et de rejoindre des chefs d’oeuvres comme Shock Corridor, nous est spoilé par une affiche trop généreuse en indices ainsi que par des images de promotion du film qui joue de cette aliénation du héros pour survendre le film. Cela ne l’empêchera pas de se frotter à un mur critique qui lui renverront la vanité de ses expérimentations visuelles, la pauvreté du script et le choix de Rock Hudson. Si le film n’a pas une portée politique directe, il n’en reste pas moins un joli pied de nez au gouvernement américain. D’une part, la fameuse Société n’est pas sans rappeler le fonctionnement d’une banque, temple du capitalisme. D’autre part, le choix des acteurs n’est pas anodin, John Randolph et Will Geer étant inscrit sur la blacklist d’Hollywood après la chasse aux sorcières de McCarthy.

Secondsromance

Le perfectionnisme de James Wong Howe, professionnel du noir et blanc ayant fait ses armes dans le muet, permet au film d’amener une dimension narrative supplémentaire par la science du cadrage. Si certaines scènes comme la célébration païenne, pourtant anxiogène à souhait, plombent le rythme du film, L’opération diabolique reste un petit bijou de paranoïa oppressant, fonctionnant grâce à la force de proposition de ses acteurs qui n’hésite pas à incarner physiquement leur personnage plutôt que de se contenter de lire leurs répliques. Car pour certains, ce film était une promesse de renaissance: une seconde chance.

9/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s